Tout savoir sur le blur

Le 17/01/2014 à 06h30 - Produits esthétique

Le blur c’est le nouveau secret de beauté des beautystas. Simple à utiliser, le blur est pourtant d’une efficacité probante pour dissimuler les imperfections de la peau. Visuellement, le grain de peau se retrouve affiné : les irrégularités sont camouflées et au contraire la peau semble parfaitement unifiée et lisse. Cela fait plusieurs années que les Américaines font du blur l’un de leurs alliés beauté. La France découvre petit à petit et succombe. 
Blur cosmétique

Mission principale : dissimuler les imperfections
Les blurs font partie des cosmétiques spécialement conçus pour embellir. D’ailleurs, le principe est dans le nom même du produit, « blur » signifiant en français « flouter ». En d’autres termes, il s’agit de rendre flous, donc discrets voire même invisibles, les imperfections et les détails disgracieux du visage. En France, les spécialistes férus de la langue française préfèrent l’expression « base comblante ».
Le blur peut-être vu comme une solution temporaire au traitement de l’épiderme. En effet, les actifs biologiques contenus dans les cosmétiques de soins (antirides par exemple) ne sont pas à effet immédiat. Il leur faut du temps et une application régulière du produit les contenant pour agir efficacement et réparer la peau. En attendant, le blur va dissimuler de façon éphémère ses défauts esthétiques de l’épiderme.

Un effet d’optique magique
Toutefois, pour qu’il n’y ait aucune ambigüité, il importe de préciser que le blur voile : les imperfections cutanées sont rendues invisibles par un effet optique. En revanche, il ne couvre pas comme dans le cas d’un fond de teint par exemple, car il n’y a aucun effet physique dans l’action du blur. En fait, on aurait dit que l’on dépose sur le visage une couche ultra-fine de peau débarrassée de tout ce qui peut rendre l’épiderme inesthétique : ride, ternissure, dilatation des pores…
L’effet d’optique est obtenu grâce à un traitement spécifique de la lumière. Le blur ne réfléchit pas la lumière dans son intégralité. Elle est fractionnée par les particules qu’il contient. Parmi ces particules on trouve de la silice mais également des polymères siliconés.

Evolution dans le temps et l’espace
Le blur, né aux USA, s’inscrit dans la lignée des soins cosmétiques baptisés « Soft-Focus ». Ces derniers, apparus dans les années 90 promettaient également un camouflage des problèmes cutanés. Aux États-Unis, le blur est devenu un concept très évolué, faisant l’objet d’une amélioration permanente. En 2010 par exemple, les Américaines ont eu droit à une profusion de blur spécialisés : blur anti-âge, blur pour peaux grasses…
En France, les modeuses font tout d’abord la rencontre du blur haut de gamme. C’était en 2006 suite au lancement sur le territoire français du Lisse Minute Base Comblante de Clarins. Trois ans après, en février, Sisley dévoile son blur haut de gamme baptisé Instant Perfect. Depuis 2012 on assiste à la démocratisation du flouteur, jusque là cantonné à un marché de niche. Depuis l’automne 2013, le blur est hissé au rang de must-have dans la trousse à maquillage. Grâce au groupe L’Oréal, le produit est également visible en grande surface : Lisseur Optique 5 sec de Garnier et Touche Magique Floutante Instantanée Sublimist de L’Oréal Paris sont disponibles pour moins de 15 euros.

Mode d’emploi
On dispose le blur sur tout le visage ou juste sur des zones ciblées (contour des yeux, zone T …), après une crème du jour, un antiride ou un fond de teint (donc toujours avant le maquillage d’où le nom de base comblante). Son application se fait par tapotement et non par caresse.